13 mai 1888 : Le général Boulanger se fait huer à Orchies

Dans le cadre du chapitre d’histoire 4ème : "La IIIe République"
lundi 29 mai 2017
par  M.BAERT
popularité : 1%

JPEG - 73.2 ko
"Georges Boulanger : Général et homme politique français (Rennes 1837-Ixelles,
Belgique, 1891).

Officier aux brillants états de service, il est poussé par Clemenceau
qui voit en lui un rempart pour la République radicale. Ministre de la Guerre
(1886-1887), le général Boulanger pratique une politique de défense républicaine
nationaliste et démagogique qui le rend très populaire. Il devient alors le
« syndic de tous les mécontents », qui comptent sur lui pour obtenir
la révision de la Constitution républicaine.

JPEG - 153 ko Mis d’office à la retraite (1888) par le gouvernement inquiet, il est triomphalement élu dans plusieurs départements et à Paris même (27 janvier 1889). Mais ses hésitations devant la prise du pouvoir font le jeu du gouvernement. Traqué par le ministère de l’Intérieur, dépassé par ses troupes, qui l’abandonnent peu à peu, Boulanger s’enfuit en Belgique, où il se suicide sur la tombe de sa maîtresse, Marguerite de Bonnemains." (source : www.larousse.fr)

Histoire Des Arts : Tout en bas de cette page, vous trouverez un lien vers une analyse d’un tableau sur ce thème.

Extrait du journal "Le Matin" expliquant le mauvais accueil fait à Boulanger par les Orchésiens. Notons que "Badinguet" était le surnom de Napoléon III puis celui de Boulanger. (source : B.N.F.)

Extrait du journal "Le Gaulois" sur les mêmes faits s’étant déroulés le 13 mai 1888. L’accueil fut différent à d’autres endroits : il fut ovationné à Saint-Amand ou à Valenciennes. (source : B.N.F.)



Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois