Fiche méthode 4ème : Analyser des chants révolutionnaires

Dans le cadre du programme d’Histoire en 4ème : "De la Révolution française à l’Empire (1789-1804)"
mercredi 20 janvier 2016
par  M.BAERT
popularité : 6%

JPEG - 73.4 ko
Comment étudier une chanson historique ? Il convient d’analyser ce document sonore en se posant quelques questions spécifiques :

1) Qui est l’auteur de la chanson et de la musique qui l’accompagne ?

2) De quand date-t-elle et dans quel contexte a-t-elle été rédigée ?

3) Quel est le vocabulaire employé (faire une recherche dans le dictionnaire) ?

4) Quel est le but recherché par ce chant révolutionnaire ?

5) Quelle fut la portée de cette chanson à l’époque et jusqu’à nos jours ?

JPEG - 62.8 ko JPEG - 46.7 ko "Ah, ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne,

Ah, ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates on les pendra ! (...)"

"Ah, ça ira !" est une chanson qui date de mai ou juin 1790. L’auteur des paroles était un chanteur des rues nommé Landré qui les mit sur une musique très populaire de contredanse, "Le Carillon national" de Bécourt. Le texte innocent fut perverti en appel à la haine sociale par les sans-culottes qui demandaient la pendaison des adversaires (dénommés "aristocrates") de la Révolution.

Pour écouter cette chanson, cliquez sur le lien suivant (plage 7 et lecture) :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k88018634/f2.item.r=ca%20ira.langFR

JPEG - 59.7 ko JPEG - 81.1 ko "Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé

Contre nous de la tyrannie, l’étendard sanglant est levé (bis). (...)"

"La Marseillaise", appelée primitivement "Chant de guerre pour l’armée du Rhin", fut composée dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 par un capitaine de génie, Rouget de Lisle, qui la chanta pour la 1ère fois au domicile de Dietrich, maire de Strasbourg le lendemain. Très rapidement adopté par les garnisons et les foules, ce chant arriva à Paris sur les lèvres des volontaires marseillais et retentit aux Tuileries, le 10 août 1792, ce qui lui valut son nom actuel.

Pour écouter cette chanson, cliquez sur le lien suivant (puis lecture) :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1311074s.r=carmagnole.langFR

JPEG - 65.5 ko JPEG - 63.7 ko "Dansons la carmagnole, vive le son, vive le son

Dansons la carmagnole, vive le son du canon. (...)"

"La Carmagnole" est une chanson ordurière contre la famille royale emprisonnée au Temple écrite par un chansonnier inconnu. Le titre rappelle la prise de la citadelle piémontaise de Carmagnola par l’armée du Var en septembre 1792. Le nom de carmagnole fut aussi attribué à une veste et à un pantalon en cuir qu’affectionnaient les sans-culottes. Le "veto" fait référence au droit constitutionnel qu’avait Louis XVI de refuser un texte révolutionnaire proposé par l’Assemblée Législative.

Pour l’écouter, cliquez sur le lien suivant (puis sur lecture) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1311074s/f2.item.r=carmagnole.langFR

JPEG - 80.8 ko JPEG - 84.6 ko "La victoire en chantant nous ouvre la barrière ;

La liberté guide nos pas (...)"

"Le Chant du départ" est un hymne national composé pour fêter l’anniversaire de la prise de la Bastille. Il fut composé pour la musique par Méhul, pour les paroles par Marie-Joseph Chénier. D’un ton sévère et majestueux, il eut un grand succès et fut souvent chanté par la troupe sur les champs de bataille. Il fut chanté pour la première fois le 14 juillet 1794.

Pour écouter cette chanson, cliquez sur le lien suivant (puis lecture) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1311065t/f2.item.r=chant%20du%20depart.langFR



Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois